PAS DE TIR DU CLUB CTP357


Un stand de tir est un espace aménagé pour tirer en toute sécurité avec une arme à feu ou une arme à air comprimé, généralement sur des cibles fixes (ou parfois tournant sur elles-mêmes ou mobiles verticalement et/ou horizontalement). Il est utilisé pour l’entraînement dans le cas des forces armées et de police, ou pour la pratique du tir de loisir et sportif.

Les stands de tir peuvent être fermés (c’est généralement le cas dans les villes), couverts semi-ouverts ou de plein air.
Ils sont parfois limités à un certain type d’arme (par exemple aux seules armes de poing et de petit calibre). Mal conçus, ils peuvent être dangereux pour les pratiquants ou riverains et/ou être sources de pollutions de l’air et des sols (par le plomb notamment, via les munitions et/ou les « fumées de tir »).


Stand de tir en intérieur

Il est habituellement conçu et construits comme un lieu autonomes, mais est parfois inséré dans un bâtiments plus important, généralement dans le sous-sol. Il est constitué de postes et lignes de tir, de supports de cibles et au fond d’un « piège à balle » permettant de récupérer les métaux pour les recycler.

Sa conception varie selon l’utilisation prévue (type d’armes et nombre de tireurs). Il doit aussi répondre à des principes et critères de sécurité (protection balistique, facilité de nettoyage, aération forcée, contrôles de sécurité, isolation acoustique et éclairage adéquat.

Les murs sont généralement de béton (coulé et/ou préfabriqué) ou en maçonnerie. Ils doivent être impénétrables, insonorisés vis à vis de l’extérieur et offrir une protection balistique adéquate (contre les balles perdues et les éclats). Le sol est fait de béton armé dense, avec une finition de surface très lisse pour faciliter le nettoyage des particules de plomb et autres métaux toxiques qui sédimentent sur le sol. Il est en légère pente, descendante vers le fond de la salle. Les eaux de nettoyages devraient être considérées comme potentiellement polluées et traitées comme telles. En fond de salle les matériaux du piège à balles sont également lisses pour permettre le meilleur nettoyage et éviter la remise en suspension de particules de plomb ou d’autres métaux dans l’air. Là un matériau absorbant peut recevoir les projectiles en absorbant leur énergie cinétique et en limitant la libération de plomb ou d’autres métaux dans l’air. Depuis peu des déchets de pneus recyclés sont parfois utilisés pour cela ; en fin de vie ce matériau (après récupération des munitions) peut théoriquement être brûlé dans certaines cimenteries équipées de filtres.

Le plafond est généralement suspendu à des solives d’acier ou à un plafond de béton précontraint ; Il est plat, lisse et pas trop haut pour faciliter son nettoyage (et empêcher l’accumulation d’un dépôt de plomb). Il est conçu pour ne pas renvoyer de balles perdues ou d’éclats vers les tireurs. Il supporte parfois des déflecteurs et des rails supportant les cibles. L’éclairage y est caché à l’abri des balles. Les déflecteurs de plafond, quand ils existent sont installés à un angle de 25 à 30 degrés et protègent l’éclairage, et d’éventuels conduits de ventilation, de câblerie et tout autre élément à protéger des balles perdues.

Les chicanes, boucliers ou déflecteurs sont généralement en acier blindé posé sur des structures de contreplaqué résistant au feu. Les déflecteurs peuvent n’être constitué que d’acier ; ils peuvent être installés verticalement à horizontalement par exemple pour protéger des éclairages, des portes, des sources de ventilation, etc.

Une « salle de contrôle » doit idéalement fournir aux responsables qui s’y tiennent une vue dégagée sur les couloirs de tir et sur tous les tireurs. Elles sont souvent faite de béton où ont été insérées des vitres « pare-balles ».

De nombreux stands contemporains offrent aussi des espaces supplémentaires tels qu’une salle de nettoyage pour les armes, une salle de cours ou de débriefing insonorisée, des toilettes, douches, vestiaires, des bureaux, des salles de stockage, etc.

Système de ventilation ; dans les stands fermé ou semi-ouverts, il est essentiel pour limiter l’exposition des tireurs (et plus encore des instructeurs) aux vapeurs de plomb et autres nanoparticules toxiques mises en suspension dans l’air par chaque tir, composées de métaux et de divers résidus et sous-produits de l’ignition et de la combustion.
Il est constitué de systèmes d’alimentation et d’extraction d’air et des conduits associés. L’air entrant est idéalement insufflé sous pression dans la salle, idéalement à travers un plénum mural perforé, mais de nombreux stands ne sont équipés que de diffuseurs d’air radiaux montés à la hauteur du plafond. On recommande généralement un débit d’air régulier le long de la ligne de tir compris entre 0,25 m/s au minimum et 0,38 m/s. L’air vicié par les tirs est le plus souvent évacué en fond de salle, derrière le piège à balle. Certains champs de tir sont conçus pour avoir plusieurs points d’échappement passif ou d’extraction active en aval pour garantir l’écoulement de l’air vers l’aval et les vitesses désirées sur la ligne de tir, notamment quand le flux d’air est perturbé par des ouvertures/fermetures de portes d’entrées ou sortie. Un manuel recommande des vitesses d’air minimales de 12,70 à 15,24 m/s7, ce qui pose des problèmes de chauffage en région ou saison froide. Les équipements et les conceptions de systèmes de ventilation sont variés. La plupart des stands sont dotés d’un ventilateur d’alimentation et d’un ventilateur d’extraction, et certains ont plusieurs ventilateurs d’alimentation ou d’évacuation. Le débit d’air requis par la portée de tir et les contraintes d’espace pour les ventilateurs devraient dicter le nombre et les types de ventilateurs.
La plupart des champs de tir renouvellent en permanence leur air intérieur en évacuant tout l’air pollué vers l’extérieur du bâtiment ; Mais certains systèmes de ventilation sont conçus pour recycler une partie de l’air vicié ou y récupérer (par une pompe à chaleur) les calories ou frigories du système de climatisation (dans les régions à climats extrêmes). L’air d’échappement devrait toujours être soigneusement filtré et lavé avant d’être évacué à l’extérieur du bâtiment et plus encore quand il recircule vers le système d’alimentation (de nombreux filtres ne sont pas efficaces ou peu efficaces contre les nanoparticules de métaux ou de certains résidus d’explosifs).

Systèmes de sécurité  : Certains visent à protéger le stand contre les vols et cambriolages (caméras, alarmes…), d’autres à protéger les pratiquants et leurs encadrants d’éclat, de balles perdue ou de l’inhalation de vapeurs de tir toxiques. Certains sont dits passifs ; Ce sont principalement des voyants lumineux ou sonneries d’alarme, et des contrôleurs de débit d’air et/ou de filtration. En fin de séance, les pratiquants effectuent un « tir à sec » avec leur(s) arme(s) ; c’est une mesure de sécurité qui consiste à vérifier l’état de l’arme tout en s’assurant qu’il n’y reste plus de munitions. Par sécurité ce geste est pratiqué le canon de l’arme engagé dans une boite allongées dites « pièges de nettoyage », en acier, à blindage à double paroi et remplie d’un matériau de type caoutchouc composite devant retenir la balle et absorber l’énergie d’un coup de feu tiré par inadvertance. Différents « pièges », plus ou Moins longs sont adaptés aux armes de poing ou aux fusils.

« Cabines ou salles de tir » ; elles équipent certains stands de tir, fournissant aux tireurs (debout ou allongés) une zone de tir clairement délimitées. Elles réduisent les risques de tirs ratés ou de cartouches éjectées vers d’autres tireurs. Les cloisons ou de panneaux de ces cabines peuvent être traitées acoustiquement pour réduire le niveau sonore de la zone de tir. Parfois elles sont en verre blindé, ce qui permet à l’instructeur d’observer le comportement des tireurs. Elles peuvent être équipées de moyens de communication et/ou d’exploitation de cibles (commandes d’éclairage de cible ou de cabine, visualisation à distance..) ainsi que d’étagères pour les armes et leurs munitions. En cas de mauvaise ventilation, le tireur y risque plus d’inhaler des vapeurs et fumées de tir toxiques.

La ligne de tir ; elle est souvent marquée en rouge ou orange. Elle longe le bord inférieur des cabines de tir. Certains stands de tir sont équipés de détecteurs de mouvement déclenchant une alarme si un tireur dépasse cette ligne.
Le tir est parfois pratiqué derrière une barrière.

Les cibles ; elles sont accrochée à un système porteur de cible, associé à un système de contrôle permettant en toute sécurité de transporter la cible et son support de la ligne de tir à la ligne de cible et éventuellement de bas en haut. Le système peut être contrôlé par l’instructeur à partir de la cabine de contrôle, ou dans certains stands ils sont commandés à partir des cabines de tir. (sources Wikipedia)


Histoire

Historiquement, avant l’invention de l’arme à feu il existait des « stands de tir à l’arc ». Un texte du début du xve siècle (boniment de jongleur espagnol) relatant un voyage en Andalousie fait état de quarante-quatre stands de tir à l’arc dans la ville de Ceuta (dite la ville des archers). Ces stands furent détruits ou interdits durant l’occupation portugaise à partir de 1415.

Après l’apparition et la diffusion des premières armes à feu, les militaires s’entrainaient souvent sur des cibles placés sur les flancs de « buttes de tir » (où le plomb pouvait être récupéré pour être refondu).

Certains stands de tir furent aménagés pour les militaires puis dans certains pays et dans « l’entre deux guerres », pour préparer les civils à un éventuel second conflit.

Les collectionneurs ou amateurs d’armes à feu disposent aujourd’hui pour leurs loisirs d’armes de calibre de tir de précision, comme le calibre 22LR, imitant des armes de guerres anciennes ou contemporaines, et dont les munitions ont un coût moins élevé.

Les surplus d’armes d’après-guerre ont permis l’émergence de disciplines sportives diverses, peut-être encouragés par des risques de Troisièmes conflits généralisés qui ont été d’actualités durant la guerre froide.